accueil Groupe Novembre Monique Cabasso Chong Jae-Kyoo Xavier Lucchesi Olivier Perrot Salvatore Puglia Martial Verdier

... et plus si affinités

   
08

L'énigme du blanc

La photographie n'est-elle pas, en son affirmation massive et impénétrable de l'indépassable présence de la réalité, l'obstacle majeur sur le chemin vers l'invisible ?

Chong Jae-Kyoo en déconstruisant avec la rigueur d'un insecte la platitude du visible démontre à l'évidence le contraire. C'est qu'il fait subir à la photographie l'outre majeur : il la découpe en bandes, en tranches comme pour mieux faire sentir qu'elle ne cache rien derrière elle.

Mais lorsqu'il entreprend de reconstituer ce que la pellicule a retenu, tout vacille. Nous ne savons plus si nous sommes face à une image ou à la ruine annoncée de la réalité, entendons face à son mystère.

Bien avant de découper l'image, Chong Jae-Kyoo a piégé les lieux de plaques de verre ou traqué la lumière dans sa nudité, mais c'est en photographiant de derrière la Sainte Victoire chère à Cézanne qu'il a compris que le visible occultait non tant l'invisible que le visible et que donc c'était en cherchant à montrer dans le visible son autre face que l'on pouvait rendre compte de l'invisible.

La rencontre avec le blanc, c'est autre de l'image était donc inévitable. Dans la découpe de l'image était devenu sensible l'écart entre deux instants, par la découpe réorganisée pour produire en plus de l'image une forme géométrique, l'image devait abandonner sa prééminence au profit de réserves, de masses de blanc qui affirmaient ainsi que les marges avaient envahi le cœur du visible.

Avec le blanc, c'est le temps, cœur nié de toute photographie qui revient donc dans les œuvres de Chong Jae-Kyoo. Ainsi ces agencements, proches en esprit du minimalisme et du suprématisme, rendent à l'image un peu de son originel mystère en faisant de ce blanc pur comme le temps l'insigne de l'universel.

Jean-Louis Poitevin, Paris 1994

 

 

Jae-Kyoo Chong,

déstructure, découpe et mélange, l'intégrité de la représentation en mettant en évidence le jeu entre le lieu photographié et le regardant

10

112

110

1140
  contact
Voir